Vers un conseil en planification énergétique

Schéma régional Climat Air Energie (SRCAE), schéma régional éolien (SRCE), plans climats air énergie territoriaux (PCAET), bilans des émissions de gaz à effet de serre (GES) … Il existe déjà un certain nombre d’outils de planification des politiques locales de maîtrise de la demande en énergie et de développement des énergies renouvelables.

A ces schémas territoriaux on pourrait aussi ajouter d’autres outils plus techniques ou plus ciblés, obligatoires ou volontaires,  tels que la conférence départementale loi Nomé ou bien le schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables (S3REnR), le schéma départemental de développement de la méthanisation, …

Le Siéml contribue d’ailleurs à certains de ces outils en donnant son avis ou bien en fournissant des données. Mais il souhaiterait aujourd’hui aller plus loin. Non pas pour créer un autre schéma, ni pour faire des schémas à la place de ceux qui en ont la responsabilité, mais pour animer le réseau des collectivités concernées par un PCAET par exemple.

Les plus démunies d’entre elles disposeront ainsi d’un appui technique et des moyens humains pour s’engager dans une telle démarche. Au niveau départemental, la coopération au sein du réseau permettra de diffuser rapidement les bonnes pratiques et de décharger les collectivités de certains aspects méthodologiques, ce qui leur permettra de se recentrer sur l’animation et la sensibilisation des acteurs du territoire.

Le syndicat d’énergies, propriétaire des réseaux de gaz et d’électricité, bientôt gestionnaire peut-être de réseaux de chaleur, se positionnerait ainsi comme un acteur incontournable pour assurer l’animation locale d’une part et croiser les ressources d’informations sur les consommations énergétiques locales et les stratégies d’approvisionnement d’autre part. Il jouerait également un rôle de courroie de transmission entre les schémas régionaux et les actions locales, afin de consolider les données locales et les faire remonter à la région, et permettre aux territoires de vérifier en temps réel que leurs actions opérationnelles contribuent aux objectifs quantifiés climat-énergie régionaux.

Par ailleurs, un rôle croissant pourrait également être joué par le Siéml afin d’encourager une approche environnementale de l’urbanisme (AEU). L’AEU est une méthode développée par l’ADEME qui vise à intégrer les préoccupations environnementales et énergétiques dans les projets de planification territoriale et d’urbanisme opérationnel.

Une réflexion interne est actuellement en cours afin  que le Siéml propose rapidement une offre sur tous ces sujets.